à propos

- une revue d'art et de littérature -

un jour, il y a longtemps – l’envie de créer une revue illustrée et colorée naissait. 

un jour, en 2018 – alors en pleine rédaction d’un mémoire sur le début du 20e siècle, redécouverte de la revue littéraire illustrée L’Ymagier de Remy de Gourmont et Alfred Jarry. Tiens, l’imagineur, c’est joli comme titre pour une future revue… 

novembre 2019 – redécouverte d’une page de carnet sur laquelle était notée de nombreuses idées quant à la création d’une revue d’art et de littérature. Ce sera une revue papier, en couleurs, avec des images que l’on pourra encadrer.

décembre 2019 à janvier 2020 – et si on créait une revue dans laquelle de jeunes artistes écriraient, dessineraient, croqueraient, peindraient, dramatisaient, poétisaient, enfin voilà, où la parole serait laissée à des jeunes artistes exclusivement ? Okay, mais alors pas de critiques journalistiques, ni d’analyses artistiques… 

février 2020 – appel lancé à des jeunes artistes. 

février 2020 – les jeunes artistes appelés répondent présents !

mars 2020 – la première une est prête, enfin presque… 

mars 2020 – première deadline donnée : 8 avril. 

mars 2020 – la France est confinée, ce ne sera plus une revue papier mais une revue en ligne. Les illustrations par les artistes pourront être néanmoins commandées… 

mars 2020 – le site est prêt, les articles articles arrivent… 

avril 2020 – lancement du site

6 avril 2020 – le premier numéro est publié, régalez-vous !

- les rubriques -

 

 

le manuscrit – réflexions artistiques.

les fictions – courts récits et/ou nouvelles.

le cri – toute forme textuelle que l’on accolera des adjectifs « littéraire » et « réflexif ». À bon entendeur.

2 ou 3 choses que je veux dire – forme totalement libre – libre au lecteur de s’évader où il veut.

le portrait – description illustrée ou écrite d’un personnage fictionnel ou de fiction.

la ponctuation – interrogation ou exclamation.

le canon – texte frôlant parfois l’absurde qui détonne.

les quatre mains libres – œuvre produite par deux cerveaux créatifs et quatre mains divaguantes.

la lettre – lettre ouverte.

la faute aux images – récit fictif à partir d’une photographie. 

l’encrier – poème accompagné d’une illustration.

l’imaginance – grand récit collectif, chaque chapitre étant pris en charge par un artiste.

l’imaginaliste – conseils en tout genre de la rédaction en lien avec le thème du numéro. 

- LES ARTISTES -

Le film que j’aurai voulu réaliser : Frances Ha, Noah Baumbach
Le livre qui me fait voyager : Océan Mer, Alessandro Barrico
La réplique de film que je préfère : « Vos mains sont froides » Elizabeth à Darcy, Orgueil et Préjugés, Joe Wright 2005
La carte que je pioche le plus au tarot : Le deux de coupes

La série que j’ai préférée : Good Trouble

Si tu devais repeindre le monde d’une couleur : bleu azur

La lettre de l’alphabet que je mettrais dans tous les mots : « é »

Le lieu dans lequel tu ne resterais pas plus de 5 jours : Venise

(Retrouvez ses réalisations dans les numéros 2, 3 et 4.)

Pourquoi Eloishh? Sur une VHS qu’on a retrouvé, vers l’âge de 3 ans, je prononçais mon prénom ‘Eloïse’ comme ça

Tes inspirations ? L’océan, le street art, Agnès Varda, les créatures magiques, les héros de Wes Anderson, le mouvement surréaliste, l’astrologie, tout un tas de films, les femmes de ma vie, l’univers du tatouage

Un moment magique ? Lorsque la salle s’éteint au cinéma et que le public ne bouge plus

Une phobie ? Les mannequins en plastique

Émue ? Par les mains de ma grand-mère

Ton prénom? April. Non non, je ne suis pas anglaise, ni américaine.

Le lieu où tu irais tous les jours? Au cinéma. Matin, midi, soir.

Et l’école dans tout ça? Des études cinématographiques / audiovisuelles / littéraires. Après de belles années lyonnaises, je suis partie vivre à Londres pour faire du théâtre. Passion Shakespeare, quand tu nous tiens!

Tu fais quoi quand tu fais rien? Je dessine des petits personnages (@thecoolestsociety), je chante des comédies musicales, je bouquine et je regarde dix tonnes de films. Sinon, je pense aux jolies choses et je refais le monde avec des « si ». J’aimerais aussi me remettre au piano. Mais j’ai plus de piano.

Tu te vois où… demain? Autour d’un verre avec mes amis. Parce que les amis, c’est la vie. La famille aussi, d’ailleurs. S’il pleut, ce n’est pas bien grave. Je fais partie de ce petit pourcentage de gens qui apprécie le mauvais temps.

Tu te vois où… bien plus tard que demain? Aux Etats-Unis. New-York, New-York! Mon arrière grand-père italien a vécu là-bas. Il y aurait tout pour moi: le théâtre, le cinéma, l’océan, l’effervescence, la créativité. Tout… à un détail près: mes proches. Et mon chien aussi. Mais je leur ferai de la place dans mes valises, promis.

Un mot, pour commencer ?
Chèvre.

Si tu n’écrivais pas, tu ferais quoi ?
Cheffe d’orchestre ou peintre.

Tes classiques ?
Louise Bourgeois, Breakfast at Tiffany’s, Henri Matisse, Marcel Carné, Simone Veil, Victor Hugo, Juliette Armanet, mon doudou et le Dictionnaire.

Ta journée idéale ?
Au musée en écoutant Françoise Hardy.

Ta potion magique ?
Attraper un rayon de soleil. Le mélanger délicatement avec du chocolat fondu. Laisser refroidir le tout quelques secondes et déguster.

Quand j’étais petite, mon animal préféré était le tigre, je saoulais tout le monde avec ça, puis je détestais la couleur bleue et les dauphins, car c’était le truc préféré de tout le monde.

J’aime des artistes comme Pascal Obispo, Calogero ou Mylène Farmer, et j’essaie d’arrêter d’avoir honte de ça. Mon groupe fétiche de tous les temps est Depeche Mode.

Je ne souhaite pas participer au débat entre ceux qui plient et ceux qui coupent leur salade.

Passions : ski et fromage.

FORMATION
Environ 67 ans d’études à l’université en cinéma

COMPÉTENCES
Limitées

CENTRES D’INTÉRÊT
Actuellement presque exclusivement le hockey sur glace

« Les figures que nous cherchons désespérément nous échappent », Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar.